LE MATINAL
Actualités

Projet « Arch » au Bénin : Le mécanisme de sélection des « pauvres extrêmes » et « non-extrêmes »

Le projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) est l’une des mesures sociales mises en œuvre par le gouvernement béninois pour assurer une meilleure protection sociale des citoyens notamment les plus démunis. Deux catégories de personnes sont ciblées par ce projet. Il s’agit des pauvres extrêmes et des pauvres non-extrêmes. « Les pauvres extrêmes sont les pauvres alimentaires. Il s’agit des gens qui ont une capacité limitée pour satisfaire leurs besoins alimentaires tandis que les pauvres non-extrêmes, sont ceux-là qui ont une capacité à satisfaire leurs besoins alimentaires, mais une capacité très limitée pour satisfaire les autres types de besoins », a expliqué le coordonnateur adjoint dudit projet mercredi 22 juillet 2020 sur la radio nationale. Pour lui, trois processus permettent d’identifier ces différentes catégories de personnes. Les deux premiers combinent une approche communautaire et une approche statistique alors que le troisième est axé sur l’acceptabilité du processus suivi de la validation communautaire. « L’approche communautaire vise à laisser la population elle-même, choisir les personnes qui sont susceptibles d’être appelées « pauvres alimentaires » ou non. Mais bien avant, il y a une certaine sensibilisation sur l’acceptabilité de ce qu’on appelle « pauvre extrême » ou « pauvre non-extrême » au sein de chaque communauté à travers une assemblée villageoise », a précisé Damien Medédji. En effet, pour éviter l’infiltration des personnes qui en réalité ne sont pas des pauvres, il est organisé à la fin du processus, un ciblage statistique qui a pour but d’affiner la proposition faite par la communauté. « Le ciblage statistique passe par une enquête ménage sur des variables observables qui permettent après, de calculer des scores et seuils d’éligibilité qui sont les seuils pratiqués au niveau national pour distinguer les « pauvres extrêmes » ou non-extrêmes. Ce sont des indicateurs fournis par l’Institut national de la statistique. A la fin, on va au niveau de la communauté pour faire une confirmation », a renchéri le coordonnateur adjoint de l’Arch qui précise que le Bénin est en train de se doter actuellement d’un registre consensuel en la matière au niveau national. « Dans chaque village, dans chaque arrondissement, dans chaque Commune, dans chaque département, on aura une liste complète de « pauvres extrêmes » et de « pauvres non-extrêmes », a-t-il conclu.

Related posts

Zone sanitaire Djougou-Copargo-Ouaké : L’assurance maladie du projet Arch devient une réalité

MARCUS KOUDJENOUME

Plusieurs jeunes de Cotonou formés pour produire des vidéos – Quotidien Le Matinal

S7zRWAgPYJ

Protection des enfants handicapés dans le Zou:La Dphta sensibilise Covè

MARCUS KOUDJENOUME

Leave a Comment

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." "En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales" "Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique." Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité & Politique de Cookies