LE MATINAL
Actualités Société

Dénouement de l’affaire « Owolobè » au Tpi de Cotonou : Le triomphe de la « justice des pauvres »

Ce fut une affaire dont le dénouement était très attendupar la population. Même si une partie de l’opinion est quelque peu restée sur sa soif après la relaxe de l’empereur mondial des Ogboni, Abibou Adéola Adam alias Owolobè, on peut déjà se réjouir de ce que ce verdict a révélé que le pauvre se voit triompher ses droits.

Quand éclata courant juillet 2021, cette sulfureuse affaire révélée au travers d’une vidéo devenue virale, quelle ne fut pas l’indignation et la révolte des activistes des droits de l’homme ? Une scène de bastonnade inédite sur un homme au corps couvert de sang ? L’homme qui s’est présenté dans l’audio accompagnant cette vidéo comme Ibrahim Zannou, a fait le récit de sa mésaventure après une opération de mobile money qui a mal tourné et qui serait la principale cause de sa bastonnade. Son « imprudence » lui a valu une série de bastonnades par des ministres de la fraternité qui l’ont abreuvé de coups de lanières, de fils électriques et autres. Dans son audio, Ibrahim Zannou raconte qu’il n’a eu la vie sauve qu’après avoir pris la clé des champs. Le corps ensanglanté de la victime présenté dans la vidéo a suscité un tollé populaire. Le parquet de Cotonou a aussitôt ouvert une enquête qui a permis d’interpeller et de mettre sous mandat de dépôt les 08 ministres (dont une femme) impliqués dans cette bastonnade hors du commun. Hier, mardi 26 octobre 2021, après plusieurs audiences, le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou a finalement rendu son verdict, condamnant les prévenus à 36 mois d’emprisonnement fermes et 200 mille francs Cfa d’amende. Cette décision du Tribunal montre que la justice au Bénin, n’est plus un instrument au service des nantis. Dans un passé encore récent, cette affaire aurait été noyée au regard de l’influence de sieur Kabiessi Owolobè. Les générations se souviendront encore de ce dossier qui a mis à nu des pratiques moyenâgeuses de cette confrérie. C’est le lieu de saluer le triomphe de la justice du pauvre. Il faudra par ailleurs se réjouir de l’effet des réseaux sociaux qui constituent de nos jours de puissants moyens de dénonciation de certains travers au sein de la société béninoise.

 

Gabin Goubiyi

 

Related posts

Coopération inter-Médiation Bénin-Burundi : Pascal Essou et Édouard Nduwimana signent un accord de partenariat

MARCUS KOUDJENOUME

Les femmes outillées sur les avantages du numérique – Quotidien Le Matinal

admin

Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication : Prosper Moretti installe les membres de la Commission administrative paritaire

MARCUS KOUDJENOUME

Laisser un commentaire

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." "En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales" "Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique." Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité & Politique de Cookies