LE MATINAL
Culture

Secteur du tourisme et de la culture : Les grands actes du gouvernement en 2020

L’année 2020 a été marquée au Bénin par plusieurs actes au plan touristique et culturel. Il s’agit notamment des démarches pour la restitution des 26 œuvres d’art au Bénin par la France, la mesure d’interdiction des activités culturelles pour fait de Covid-19 et des actes pour la modernisation des Palais royaux.

2020 a été surtout marquée au plan touristique par les formalités pour la restitution des 26 œuvres d’art au Bénin par la France. Ainsi, trois ans après le discours politique du président français, Emmanuel Macron, à Ouagadougou, le retour des  objets d’art pris pendant la colonisation en Afrique et exposés dans les musées français se précise de plus en plus. Pour la concrétisation de ce rêve, plusieurs missions ont effectuées par les autorités béninoises en France. L’objectif de ces missions est la question de l’accueil des œuvres, le calendrier de restitution, mais aussi le cadre légal qui permettrait le transfert. Pour l’effectivité de ce transfert, le Parlement français a adopté le jeudi 17 décembre 2020, le projet de loi sur la restitution des œuvres d’art appartenant au Bénin et au Sénégal. Dans la foulée, ce projet de loi a été rejeté par le Sénat, mais l’Assemblée nationale française a donné l’assurance que ce rejet n’a pas eu d’effets sur le processus. Cela, parce que le projet de loi a été adopté « dans les conditions prévues à l’article 45, alinéa 4, de la Constitution ».

Un geste historique et politique

Pour le gouvernement français, il s’agit d’un geste historique, puisque le texte déroge exceptionnellement au principe d’inaliénabilité des collections françaises parmi les plus riches du monde en redonnant la pleine propriété aux Bénin et au Sénégal. « Ce n’est pas un acte de repentance ou de réparation, ni une condamnation du modèle culturel français », mais l’amorce d’un « nouveau chapitre du lien culturel entre la France et l’Afrique », a plaidé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Quant au rapporteur Yannick Kerlogot (Lrem), il évoque une « décision politique forte », qui traduit l’engagement du président français de refonder le partenariat culturel franco-africain. Dans un post publié sur son compte Twitter, Emmanuel Macron, a en effet, évoqué une nouvelle page dans les relations entre son pays et l’Afrique. « Je me réjouis que le projet de loi restituant des biens culturels au Bénin et au Sénégal ait été adopté par le Parlement », a-t-il écrit vendredi 18 décembre 2020, dans un post. Selon lui, le vote du projet de loi portant restitution des biens culturels par le Parlement lui permet désormais de joindre l’acte à la parole. « L’engagement que j’ai pris à Ouagadougou en 2017 se matérialise », explique-t-il. Emmanuel Macron souligne également qu’«une nouvelle page de la coopération franco-africaine peut s’ouvrir ». Preuve du consensus qu’il suscite au sein de la classe politique : les commissions de la culture et des affaires étrangères l’ont approuvé à l’unanimité. « En restituant ces objets d’exception au Bénin et au Sénégal, nous contribuons à donner à la jeunesse africaine l’accès à des éléments majeurs de son propre patrimoine », a souligné Mme Bachelot devant les députés de la commission des Affaires culturelles.

Un an pour le retour effectif des 26 œuvres d’art au Bénin

Après l’adoption de la loi sur la restitution des œuvres d’art appartenant au Bénin et au Sénégal, la France dispose d’un an pour restituer au Bénin les 26 trésors royaux pillés pendant la colonisation sous le règne du roi Béhanzin. Pour accueillir ses biens culturels, le Bénin met les bouchées doubles. En effet, de nombreuses initiatives sont prises pour réceptionner ses trésors. Il s’agit de la construction de deux musées aux standards internationaux à Ouidah et Abomey. « Nous avons le Fort portugais qui est en train d’être restauré, rénové et remis au standard. Le bâtiment sera prêt dès juin ou juillet 2021 pour accueillir les biens. Toujours sur le même site, il y a la construction du musée international de la mémoire et de l’esclavage (Mime). Il s’agira d’un musée de standard international qui pourra tenir la dragée haute à un certain nombre de musées à travers le monde », a renseigné le ministre béninois en charge du Tourisme, Jean-Michel Abimbola, après le vote du projet de loi sur la restitution des biens culturels au Bénin et au Sénégal. A l’en croire, la ville de Ouidah sera davantage la vitrine mémoriale, patrimoniale, historique, touristique et culturelle du Bénin grâce à ces musées et œuvres. La ville d’Abomey sera la demeure définitive de ces trésors royaux. « En 2022-2023, nous allons achever la construction du musée de l’épopée des amazones et les rois du Danxomè à Abomey qui sera le lieu d’accueil définitif des 26 trésors du roi Béhanzin », a précisé le ministre Abimbola. Dans la même veine, il est prévu le renforcement des capacités de 54 guides touristiques et la formation d’une cohorte de 680 personnes. Pour rappel, le transfert au Bénin porte sur 26 pièces du « Trésor de Béhanzin » provenant du pillage du palais d’Abomey en 1892. Elles sont aujourd’hui au musée du Quai Branly-Jacques-Chirac à Paris. L’ancien Dahomey avait lancé des démarches dans ce sens dès 2016.

L’essentiel de la loi

La loi relative à la restitution de biens culturels à la République du Bénin et à la République du Sénégal a été promulguée le 24 décembre 2020. Elle a été publiée au Journal officiel du 26 décembre 2020. La loi permet de restituer au Bénin et au Sénégal plusieurs œuvres d’art conservées au musée du Quai Branly‑Jacques Chirac et au musée de l’armée. Ce texte fait suite au discours prononcé le 28 novembre 2017 par le président de la République à l’université d’Ouagadougou au Burkina Faso, dans lequel il avait évoqué, parmi les enjeux permettant de construire une nouvelle relation franco-africaine, la question des patrimoines et la possibilité de restitutions temporaires ou définitives d’œuvres d’art africaines. Dans cet objectif, la loi autorise, par une dérogation limitée au principe d’inaliénabilité qui protège les collections publiques françaises, la sortie des collections nationales et le transfert de propriété de plusieurs œuvres. 26 œuvres, données à l’Etat par le Général Dodds à la suite de prises de guerre et conservées au musée du Quai Branly‑Jacques Chirac, doivent être transférées à la République du Bénin. Ces œuvres, qui constituent le « Trésor de Béhanzin », pourront à terme être présentées au public béninois et au public international dans le cadre du projet de musée porté par le Bénin et auquel la France entend participer au travers du programme de travail franco‑béninois signé le 16 décembre 2019 à Cotonou. Un sabre, avec son fourreau, dit « d’El Hadj Omar Tall », donné par le Général Louis Archinard, à la suite de campagnes militaires en Afrique, au musée de l’armée sera transféré à la République du Sénégal. Exposé au musée des civilisations noires de Dakar depuis son ouverture en décembre 2018, le prêt initial a été transformé en dépôt en octobre 2019 pour une durée de cinq ans. Ces 27 œuvres doivent être transférées aux autorités béninoises et sénégalaises d’ici un an maximum, suivant l’entrée en vigueur de la loi. En première lecture, les sénateurs ont par amendement créé un Conseil national de réflexion sur la circulation et le retour de biens culturels extra-européens. C’est sur ce point qu’a échoué le 19 novembre 2020 la commission mixte paritaire, chargée de trouver un texte de compromis. En nouvelle lecture, les députés ont supprimé cet amendement du Sénat.

Le Fort portugais réhabilité pour mieux vivre l’histoire de l’esclavage

Dans sa quête de faire du tourisme l’un des vecteurs du développement économique du Bénin, le gouvernement du président Patrice Talon a lancé d’importants chantiers dans les villes à caractère historique et touristique du pays. Au nombre de ces chantiers, le Fort portugais de Ouidah. La première phase des travaux de réhabilitation du Fort portugais de Ouidah a été lancée le 1er mai 2020, dans le cadre du Projet de compétitivité et du tourisme transfrontalier (Pctt). Prévus pour durer 10 mois, ces travaux sont essentiellement consacrés à la réhabilitation à l’identique de la maison du gouverneur, la réhabilitation de La Chapelle, la construction de la caserne esclaverie, la construction d’un Preshow pour les groupes de visiteurs et les scolaires, la construction d’un Snack bar, la création d’espaces de vente pour artisans et des boutiques de vente d’œuvres d’artisanat, l’aménagement paysager de la cour intérieure et du jardin potager ainsi que la réhabilitation et l’extension de la guérite et du bloc administratif. D’un coût global estimé à 03 milliards de francs Cfa, ces travaux ont été confiés à l’entreprise Ken Dal et Fils Sarl. La rénovation de cette infrastructure offre la possibilité aux touristes, de visiter dans un cadre attrayant et rénové, cet espace qui a servi au rassemblement de milliers d’esclaves au XVIIème et au XIX siècle avant leur embarquement à travers l’Océan Atlantique. La cité de Ouidah fut un comptoir majeur dans le commerce transatlantique des esclaves. Outre les travaux de construction du Fort portugais, la ville accueille également le Musée international de la mémoire et de l’esclavage (Mime), actuellement en construction, et un grand complexe touristique de 130 chambres dénommé « les jardins du souvenir », une zone de recueillement, et « la reconstruction historique d’un bateau négrier » au large de l’océan.

Quid du musée de l’épopée des amazones et des rois du Danxomè ?

Le Bénin a décidé de la construction du musée de l’épopée des amazones et des rois du Danxomè sur la Cour des amazones à Abomey. Ce projet, et celui de réhabilitation du site palatial environnant qui sera exécuté dans la même période contribuera au renforcement de l’offre touristique du Bénin à travers la mise à disposition d’une infrastructure attractive qui rappelle et magnifie une période glorieuse de ce royaume. Les travaux de modernisation du musée visent à en faire une porte d’entrée prisée du site des palais royaux d’Abomey. Quant à ceux autour du périmètre palatial environnant, ils concernent les anciens palais de fonction des rois Béhanzin, Glèlè, Ghézo et Agoli-Agbo. Le Conseil des ministres du mercredi 18 décembre 2020 a sélectionné deux cabinets pour la mise en œuvre desdits projets. Le cabinet Sasu F. N’Thepe Architecte et le cabinet Studio d’architecture d’aménagement et du patrimoine sont les deux cabinets retenus à cet effet. Ils auront respectivement pour mission complète de maîtrise d’œuvre du volet construction dudit musée et la mission complète de maîtrise d’œuvre du volet réhabilitation du site palatial adjacent au projet. La sélection de ces cabinets est un pas décisif vers la concrétisation des projets touristiques prévus dans la ville d’Abomey. Il confirme donc que l’année 2020 est celle de la réalisation desdits projets dont les travaux préparatifs sont fins prêts. Les ambitions du chef de l’Etat et de son gouvernement ne sont pas des moindres lorsqu’il s’agit de la promotion touristique. L’ensemble du pays est concerné par des projets d’envergure, visant à valoriser le patrimoine béninois. Il faut aussi voir à travers la sélection de ces deux cabinets, l’ambition du gouvernement de préserver pour les générations à venir et les touristes, des pans importants de l’histoire du pays. Les amazones, rappelle-t-on, sont des femmes guerrières qui, pendant l’invasion étrangère, ont vaillamment défendu le royaume du Danxomè (un des plus grands royaumes pré-coloniaux et qui a donné le nom Dahomey à l’actuelle République du Bénin).

Le complexe La Marina pour développer l’offre touristique du Bénin

Le gouvernement, dans sa politique de développement de son vaste programme touristique, a lancé le 20 juillet 2020, les travaux de construction du complexe touristique La Marina à Djègbadji dans la Commune de Ouidah. La réalisation de cette infrastructure contribuera à développer l’offre touristique du Bénin. Le complexe comprend notamment : une arène vodun pour la fête des religions endogènes et diverses manifestations culturelles, deux parking de plus 350 places, des jardins du souvenir, l’esplanade touristique avec restaurants, bars et sites de divertissement, la reconstitution historique d’un bateau négrier, une zone hôtelière d’environ 130 chambres, un village artisanal Zomachi, l’annexe de l’Office du tourisme, la promenade flottante sur la lagune et un jardin de recueillement. Les travaux ont démarré depuis le 20 juillet 2020 par l’installation de la base vie. Ils devront durer 24 mois.

Le palais royal de Nikki fera aussi peau neuve

A l’instar du musée de l’épopée des amazones, et les rois du Danxomè, et autres palais royaux, le gouvernement Talon a également annoncé pour l’année 2020, la réhabilitation du palais royal de Nikki et la construction d’une arène des chevaux pour la ville. L’information a été portée au roi de Nikki par le ministre d’Etat, chargé du plan et du développement, Abdoulaye Tchané en 2019, lors de sa descente dans la localité dans le cadre de la fête de la Gaani de la fête de la Gaani dans la ville. « D’importantes ressources sont prévues dans le budget 2020 pour la réhabilitation du palais royal et la construction d’une arène des chevaux à Nikki », rassure le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané. « Ce sont des projets qui sont inscrits dans le Programme d’actions du gouvernement et qui suivent la procédure avec les études de leur mise en œuvre. Je peux confirmer, comme je l’ai dit tout à l’heure à sa majesté, que dans le budget de 2020, il y a des ressources importantes à la mise en œuvre de ces projets » a-t-il précisé. Heureux d’apprendre cette bonne nouvelle, le roi de Nikki, ChabiNaina III, a demandé au numéro 2 du gouvernement d’adresser ses remerciements au président Patrice Talon.

La réhabilitation du musée Akaba Idenan de Kétou pour la sauvegarde du patrimoine

L’année 2020 aura été également marquée par la modernisation des palais royaux et musées. En effet, le 1er juillet 2020, le ministère du Tourisme, de la culture et des arts a remis le site à l’entreprise Vades retenue pour la réalisation du lot 2 qui prend en compte l’aménagement, l’assainissement et le pavage de la voie d’accès et des cours intérieures et extérieures du musée. La réalisation dudit projet permettra de redonner vie à ce patrimoine muséal, symbole de l’histoire vivante de Kétou. Le lot 1 qui s’occupe de la réhabilitation de la Porte Akaba Idenan, comporte les rubriques : construction de toilettes modernes (Bâtiment annexe), couverture du bâtiment, mise en place des installations électriques et réfection de la clôture. « Cette réhabilitation qui n’est pas la première du genre vient compléter les multiples efforts antérieurement fournis par le gouvernement pour la préservation de notre patrimoine commun » a laissé entendre le Coordonnateur du projet, FataïFadeyi. Le délai contractuel des travaux est de huit (08) mois.

«…La mise en valeur et l’exploitation rationnelle de ce site devrait permettre l’expansion du secteur touristique et le développement économique et social de la Commune de Kétou. C’est pourquoi je sollicite votre collaboration participative dans la gestion de ce patrimoine après sa réhabilitation » a lancé le Secrétaire général adjoint du ministère, Chams-DeenTaïrou, lors de la cérémonie de remise dite.

Akaba Idenan, symbole de la puissance royale de Kétou

La tradition orale enseigne que AkabaIdenan fait de deux portes magiques est l’entrée unique donnant accès au royaume de Kétou. Elle est la seule et dernière porte intégrée à un ouvrage de fortification dans l’aire culturelle Yoruba et revêt de ce fait, un double caractère historique et militaire. Une fortification de la ville intervenue dans le but de résister aux invasions des guerriers fons. Les deux portes magiques mâle et femelle, entourées de mystères et vénérées par les peuples autochtones ont été installées depuis des siècles pour sécuriser la seule entrée du royaume de Kétou. Akaba Idenan, c’est également ce monument historique de 600 m2 environ d’emprise au sol et qui présente encore certaines caractéristiques d’une architecture de défense notamment, un fossé marquant l’entrée principale (entrée extérieure) et une muraille d’épaisseur de 80 cm en moyenne qui ceinturait jadis la cité. Elle dispose d’une cour intérieure par laquelle on accède aux différents types de terrasses, aux loges, et à des locaux ayant chacun leur affectation spécifique.

Suspendues pour cause de Covid-19 les activités culturelles reprennent avec les gestes barrières

Suspendues pour cause de Covid-19, le gouvernement, au cours de sa réunion hebdomadaire du mercredi 23 décembre 2020, a allégé les mesures restrictives de lutte contre la pandémie de Covid-19. Ainsi, les acteurs culturels pourront enfin renouer avec les podiums après de nombreux mois d’absence sur la scène. Cette mesure corrobore avec le projet 2Apac initié par le ministère du Tourisme, de la culture et des arts à travers la Direction des arts et du livre. Baptisé Actions artistiques au profit des artistes et acteurs culturels toutes catégories confondues (2Apac), ce projet a pour objectif de permettre aux artistes de toutes les disciplines de renouer avec les prestations scéniques. Mais au-delà, leur redonner également le sourire, vu que le secteur culturel et artistique a été aussi impacté par le Coronavirus.

Related posts

Concours « Mon Hymne national dans ma langue »:Le lycée des jeunes filles de Natitingou vainqueur – Quotidien Le Matinal

S7zRWAgPYJ

Concert live de l’artiste N’Dani Gani ce jour « Le clou de cette soirée sera une surprise » – Quotidien Le Matinal

S7zRWAgPYJ

Guy Mapoko annonce un spectacle magique – Quotidien Le Matinal

S7zRWAgPYJ

Leave a Comment

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." "En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales" "Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique." Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité & Politique de Cookies